Collaborateurs À Equoiri, Colombie

Collaborateurs À Equoiri, Colombie

Pionniers suisses sur le marché mondial des noix

Elles arrivent du monde entier par bateau: les noix Pakka cultivées par des petits producteurs d’Inde, de Géorgie, de Bolivie, du Kenya, de Colombie ou de Chine. Tous les produits et ingrédients proviennent de culture biologique et du commerce équitable. Ueli Baruffol, fondateur de la société Pakka, s’exprime sur l’origine de sa passion pour les noix et sur les défis liés à la création de nouveaux partenariats.

01.12.2022 Daniela Dudli

Au début était la noix
«Ma passion pour les noix provient probablement de la crème noisettes-cajou-amandes que notre mère nous donnait tous les jours au goûter.» explique Ueli Baruffol avec enthousiasme. Il a certes été marqué dans son enfance par ce plaisir intense, mais aussi par l’engagement social de sa mère dans son pays d’origine, la Colombie. Il a plus tard poursuivi des études d’ingénieur forestier à l’EPF Zurich, avec un intérêt croissant pour la gestion durable des ressources. «Aujourd’hui encore, je suis fasciné par la façon dont un entrepreneuriat équitable peut provoquer des changements durables dans les zones rurales.»

Le nom: tout un programme
En 2006, Ueli Baruffol et Balz Strasser ont fondé la société Pakka GmbH. Ce nom original est tiré de l’expression indienne «pakka», qui signifie à peu près «de très bonne qualité», «authenticité». Non seulement les produits doivent être «pakka» mais aussi la manière dont ils sont cultivés. «Nous sommes partis ensemble en Inde, pays que je ne connaissais pas à l’époque, et nous avons acheté des noix de cajou à de petits producteurs, nous n’avions alors aucune idée de ce que nous faisions.» dit U. Baruffol en riant. «L'histoire de la Pakka commence par la société Elements, l’entreprise locale de transformation et de commercialisation en Inde, avec laquelle nous entretenons des relations commerciales fortes empreintes de confiance et d’amitié.» Ils continuent à poursuivre aujourd’hui encore une voie dont l’objectif est de réaliser une croissance saine et durable.

Une partie du grand Tout
L’organisation partenaire Elements au Kérala, en Inde, fait le commerce de matières premières toujours certifiées à la fois commerce équitable et bio. Son engagement participe de manière décisive à la préservation de la biodiversité présente dans la région. À certains endroits, la pression sur les prix exercée par le marché mondial incite les paysans à privilégier la culture de plantes plus demandées et participe à la disparition progressive des variétés anciennes. Il est d’autant plus appréciable que cette coopération ouverte et fructueuse contribue à faire diminuer ce phénomène. La plus-value réalisée sur la vente des matières premières ne profite pas seulement aux petits cultivateurs, mais une partie est toujours dédiée à un projet d’intérêt général. «Notre activité se déroule toujours en lien avec les hommes et leur environnement et doit être appréhendée et assumée comme une partie d’un grand tout – d'un point de vue économique comme écologique.» Au fil des ans, la communauté de cultivateurs a atteint les 4500 familles et, grâce à la détermination et à la serviabilité de ses membres, elle est plus résiliente envers les influences extérieures.

Les fondements d’un succès durable
Chaque fois que possible, U. Baruffol se rend dans les différents pays pour rendre visite aux coopérations partenaires. La pandémie ne l’a pas arrêté et il s’est rendu notamment en Colombie et en Géorgie, où les projets ont été difficiles à mettre en place. Il a souvent fallu plusieurs années avant que la culture de noisettes bio dans le Samegrelo ou d’amandes bio en Kakhétie ainsi que les relations avec les producteurs s’établissent sur des fondements stables et solides. Pendant la phase initiale, il faut clarifier et créer les conditions cadres pour assurer une production agricole, une transformation et une commercialisation fructueuses. «Le succès d’un nouveau projet dépend de personnalités fortes qui dirigent l’équipe sur place avec doigté.» explique U. Baruffol. Ce sont les conditions indispensables pour que Pakka puisse se concentrer sur la création d’un accès au marché et sur le développement du marché en Suisse et dans l’UE.

Création de valeur sur toute la ligne
Sous la marque du même nom, Pakka dirige quatre organisations qui commercialisent des spécialités de snacks bio produits par des petits cultivateurs dans le cadre du commerce équitable. Les quatre secteurs commerciaux Pakka Foundation, Pakka Finance AG, Biodina SA, Pakka Products AG englobent l’ensemble de la chaîne de valeur d’un produit. À commencer par la production agricole durable et le soutien des coopérations avec les petits producteurs, le commerce de produits bruts et semi-finis, pour finir par la distribution des spécialités Premium affinées. «En répartissant nos activités en quatre secteurs commerciaux, nous devenons un partenaire et prestataire compétent tout au long de la chaîne de création de la noix.»

Tout miser sur les noix
U.Baruffol a plus d’un projet passionnant dans ses tiroirs qui ne demandent qu’à se réaliser. Mais la situation sur le marché mondial et les demandes des consommateurs:trices forcent Pakka et les ONG locales à emprunter une nouvelle dynamique. Dans la situation de crise actuelle, Pakka se concentre sur le soutien financier des partenariats existants et a dû geler les investissements prévus – comme p. ex. pour le partenaire au Pérou qui fournit les fruits secs déjà lancés. «Bio Partner est notre plus gros client en Suisse. Nous sommes heureux que ces produits soient bientôt intégrés à l’assortiment.»

Que ne faut-il pas oublier pour des fêtes équitables?
Lorsqu’on demande à Ueli Baruffol quels sont les produits Pakka qu'il préfère, il répond immédiatement les noix de cajou au curry de Madras pour l’apéro et les Candy Peanuts bio avec 65% de teneur en cacao dans l’emballage snack. Il précise en outre: «La durabilité ne se limite pas au produit. Les histoires qu'il y a derrière et mon engagement pour changer le monde comptent aussi.»