Hauptsitz von Bio Partner in Seon

Siège principal de Bio Partner à Seon

Réflexions sur le thème de la durabilité

L'année dernière, nous avons eu plusieurs fois l'occasion d'exposer nos valeurs et nos développements lors d'interviews et d'événements. Je suis heureux de vous présenter dans ce blog un résumé de notre engagement et de partager avec vous nos réflexions sur la durabilité économique, sociale et écologique. Bio Partner met clairement l'accent sur le commerce spécialisé bio individuel, que nous soutenons avec de nombreux services, notamment en matière de promotion et de commercialisation.

11.01.2022 Manuela Kägi

Notre entrepôt de Seon stocke 10‘000 articles que nous livrons à notre clientèle dans toute la Suisse avec notre propre flotte de camions aussi écologiques que possible. Pour les longues distances, comme par exemple jusqu’au Tessin, nous utilisons le fret ferroviaire et travaillons avec un partenaire logistique local ou, pour l’importation, nous utilisons notre réseau familial en Allemagne et en Italie afin de garantir une bonne utilisation des capacités de transport et une livraison fiable.

Chez nous, la durabilité est également ancrée dans notre politique des ressources humaines, nous appliquions par exemple le télétravail bien avant la crise sanitaire actuelle. Nous créons des créneaux de postes à temps partiel afin de répondre de manière ciblée aux besoins de nos collaborateurs – et ce aussi pour les positions de cadres dirigeants. C’est ainsi que se crée naturellement la parité entre les sexes et que nous gardons nos meilleurs collaborateurs. L’offre actuelle de douze places d’apprentissage, et si possible des offres concrètes à nos apprentis après l’obtention de leur diplôme, sont un avantage pour les deux parties.

Le bio est un marché en pleine essor. 20 pour cent de croissance pour l’année exceptionnelle 2020 et une part de marché de plus de 10 pour cent. Dans cette part de marché, presque 75 pour cent sont réalisés par les deux grands distributeurs, les 25 pour cent restants se répartissent sur les autres formats.

Le commerce spécialisé bio suisse vit mal cette évolution, lui qui fut pionnier autrefois et le premier à proposer des produits bio. L’exploitation d’un seul magasin implique de nombreux blocs de coûts et le résultat final est faible, voire nul. Le réveil est parfois brutal lorsqu’on cherche par exemple un successeur et qu’on remarque que l'œuvre d’une vie a peu de valeur matérielle, ou que les entreprises prêtes à fournir cet engagement se comptent sur les doigts de la main.

Alors pourquoi Bio Partner mise-t-il sur le commerce spécialisé bio individuel ? Par ce canal, nous pouvons proposer aux producteurs et aux transformateurs un débouché commercial qui permet d’assurer une existence durable grâce au partenariat, afin que le meilleur soit produit sur le terrain dans une qualité élevée. Un format avec du caractère, de l’individualité et un ancrage local, qui explique aux gens les synergies complexes du commerce écologique, défend des valeurs positives et prend le temps pour le conseil et les rencontres : les gens veulent se sentir bien accueillis, prendre leur temps et échanger dans le dialogue pour se former leur opinion.

Un lieu de consommation qui permet de savourer tous les aspects du plaisir avec respect
Pour renforcer le format du commerce spécialisé bio et contribuer à le façonner de manière à assurer son avenir, nous accompagnons les entreprises, du financement à l’ouverture, reprenons – si nécessaire – les magasins bio existants, avec leur équipe bien rodée sur place, et créons aussi des oasis bio entièrement nouvelles comme en août à Zurich Witikon ou en fin d’année à Köniz près de Berne. L’exploitation de nos propres magasins nous montre combien il est difficile pour notre clientèle d’assurer une gestion durable. Nous partageons facilement avec nos clients les connaissances et les résultats obtenus grâce à l’exploitation de nos propres magasins, de sorte que tous puissent en tirer avantage.

Nous créons ainsi des perspectives et un lien pour un parcours honnête du champ au rayon puis à l’assiette – en particulier pour l’agriculture et la production qui ne peuvent produire durablement à long terme qu’avec un marché stable, selon les normes bio les plus élevées, et pour les consommateurs qui privilégient et défendent une alimentation saine, la diversité, une production soignée et un entrepreneuriat local.

De quoi avons-nous besoin pour que ce parcours soit performant et durable pour tous les acteurs de la chaîne de création de valeur ? De véritables partenariats. Un partenariat est mutuellement bénéfique. Et pour que tel soit le cas, nous devons nous intéresser aux problèmes de nos fournisseurs partenaires et rechercher ensemble des solutions. Nous nous inspirons mutuellement en partageant nos connaissances, en étant prêts à assumer nos choix et en réunissant les bonnes personnes.

Cette approche n’est pas une posture romantique mais un investissement durable. Nous affrontons de grandes difficultés concernant la disponibilité des matières premières. Quand le bio est en plein essor, les produits se font plus rares – l’agriculture ne pourra pas réagir assez vite et, par ailleurs, les conditions climatiques sont devenues plus ardues, avec pour conséquence de mauvaises récoltes ou des excédents de stocks. Il me semble très important de travailler avec des partenaires présents quand tout va bien mais aussi quand il s’agit de surmonter les difficultés.

Pour fournir ces services importants, il faut des garanties et un partenaire engagé. Nous sommes convaincus que le consommateur perçoit et goûte la valeur de ces produits. Consommer de manière durable exige une prise de conscience, et celle-ci naît d’une communication et d'une réflexion honnêtes, et il en résulte – espérons-le – l’exigence de se comporter de manière toujours plus durable.

C’est pour nous, qui affrontons ce sujet au quotidien, l’exigence de vraiment comprendre tous les aspects de la durabilité et de prendre les bonnes décisions – en matière de durabilité écologique, économique et sociale. Nous souhaitons donner aux consommateurs la possibilité de comprendre les liens de cause à effet essentiels, se faire une opinion et ne pas suivre aveuglement chaque tendance à la mode. Si je bois du lait en tant que consommateur, je produis indirectement de la viande. Les conditions cadres dans lesquelles travaille l’agriculteur définissent la manière dont il traite les animaux et la viande doit – c’est notre position – être valorisée et utilisée de la même manière. Si j’ai une alimentation végétalienne, je consommerai peut-être plus souvent des avocats. Mais où sont-ils produits, quelles sont les conditions climatiques dans ce pays ? Puis-je en consommer moins et acheter plutôt des produits suisses ? Cela fait-il sens de diaboliser toutes les huiles de palme ou ne faudrait-il pas mieux y regarder de plus prés et différencier ?

Adopter une démarche durable est un défi, c’est pourquoi nous voulons contribuer – avec nos clients et fournisseurs – à ce que le consommateur puisse avoir confiance en notre choix, en notre gamme de produits et faire ses achats en toute sérénité. Dans un modèle de magasin qui interpelle les sens, crée une atmosphère autour des aliments et soit chaleureux et naturel. L’aménagement des magasins fait appel aux artisans et prestataires locaux, ce qui laisse de la place aux fournisseurs locaux et permet de créer une économie circulaire associative et fédératrice.

Souhaits pour le futur
Je souhaite que nous nous penchions davantage encore sur la production, prenions au sérieux les défis posés et trouvions ensemble des solutions. Que nous formions des partenariats au long cours dans lesquels le prix et la compétitivité sont certes importants mais pas l'unique centre d’intérêt.

Que nous réussissions à transmettre aux consommateurs la valeur de l’aliment – valeur dans le sens de prix équitable et dans le sens d’une attention portée à la production et à la transformation. Nous leur permettons ainsi de prendre des décisions justes et durables.

Que faut-il donc pour que ce voyage soit réussi et donc durable pour tous les acteurs de la chaîne de valeur ? De véritables partenariats. Un partenariat est bénéfique pour les deux parties. Pour qu'il le soit, les problèmes doivent nous intéresser mutuellement et nous cherchons ensemble des solutions. Nous nous inspirons les uns des autres en partageant nos connaissances, en étant prêts à assumer nos décisions et en réunissant les bonnes personnes.

La diversité et l’individualité associées à la durabilité sous tous ses aspects peut et doit être un contre-mouvement puissant à l’anonymat et à la numérisation. Nous nous engageons à préserver et à créer des magasins qui inspirent tous nos sens, où le plaisir est vécu dans le respect.

Biopuls 
Afin de promouvoir activement les échanges entre collègues de la branche, Bio Partner propose cette année encore un forum de discussion en ligne avec Biopuls. Le prochain échange aura lieu le jeudi, 17 février 2022 15h00 - 16h30. Il n'est pas nécessaire de s'inscrire, il suffit de suivre le lien et de participer.

Cordialement,

Manuela Kägi
Responsable du marché et présidente de la direction

Unternehmen Biofachhandel Handel Produzenten Konsumenten